Les contours d’oreille et les intra-auriculaires

contour-oreille-intra-auriculaire

Le contour d’oreille est le modèle le plus présent sur le marché des appareils auditifs, avec près de trois quarts des ventes. Vient ensuite l’intra-auriculaire, particulièrement adapté dans certains cas. Les avantages et inconvénients de chacun pour mieux choisir.

Le contour d’oreille, incontournable du marché

Le contour d’oreille est aussi appelé « oreillette » ou BTE (« behind-the-ear » en anglais, soit « derrière l’oreille » en français) et doit donc son nom à sa forme et son emplacement. En effet, l’appareil se glisse derrière l’oreille. Il est composé d’un embout auriculaire, réalisé sur mesure en acryl ou en silicone, qui rentre dans le conduit auditif. Cet embout est relié par un tube à un boîtier électronique, le contour en lui-même, qui se place derrière le pavillon.

L’avantage du contour d’oreille est qu’il convient à presque toutes les formes de perte d’audition, des plus légères aux plus sévères, quoique plutôt conseillé aux personnes atteintes de presbyacousie et aux enfants, qui sécrètent beaucoup de cérumen. Il est confortable donc facilement supportable et également facilement manipulable, de par sa taille. En revanche, ce type de prothèse auditive est le plus visible donc peu esthétique. Il peut alors être plus difficile à accepter.
Mais le terme « contour d’oreille » regroupe lui-même différents modèles. La version traditionnelle, avec son embout en silicone, est dite « fermée ». Mais de plus en plus souvent, lorsque le niveau de perte auditive le permet, les personnes malentendantes sont équipées de contour d’oreille « ouverts ». L’embout est dans ce cas de plus petite taille et rentre à peine dans le conduit auditif, ce qui laisse circuler l’air et évite les problèmes d’humidité.

Plus récemment, est apparu sur le marché le mini-contour à écouteur déporté, le RIC (« receiver-in-the-canal » en anglais, soit « écouteur dans le conduit » en français). Ici, l’écouteur est directement placé dans le conduit auditif, alors que le micro et l’amplificateur sont dans un petit boîtier, derrière l’oreille. Il convient à tous types de surdités, et est confortable et facile à porter.

L’intra-auriculaire, plus discret

L’intra-auriculaire est également un appareil auditif très courant. Il est aussi appelé ITE («in-the-ear» en anglais, soit «dans l’oreille» en français) ou CIC («completely-in-the-canal» en anglais, soit «complètement dans le conduit» en français). Comme son nom l’indique, ce type de prothèse auditive se place à  l’intérieur de l’oreille. L’ensemble des composants électroniques est situé dans la coque, réalisée sur mesure pour épouser la forme du conduit auditif.

Cette prothèse auditive a l’avantage d’être discrète. Elle convient particulièrement aux personnes qui recherchent l’esthétisme ou qui portent des lunettes par exemple.

En revanche, elle est déconseillée aux personnes dont la surdité est profonde, dont le conduit auditif est trop étroit ou qui sécrètent beaucoup de cérumen. Elle est aussi plus difficile à manipuler, car plus petite, et plus fragile. L’entretien nécessite plus de régularité et de rigueur.

Quel que soit votre choix, il est important de tester le modèle d’appareil auditif que vous souhaitez porter. Le médecin ORL et l’audioprothésiste sont là pour vous conseiller sur la prothèse auditive la plus adaptée à votre style de vie et à vos troubles auditifs.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>