Ibuprofène et paracétamol : quels effets sur l’audition ?

ibuprofene

L’ibuprofène et le paracétamol sont connus pour leur efficacité contre les états fiévreux, les douleurs chroniques et autres céphalées. Comme elles sont prescrites sans ordonnances, on a tendance à en abuser, mais l’on ne sait pas toujours quels sont leurs réels effets secondaires.

Les analgésiques et leurs effets sur l’audition

Le paracétamol et l’ibuprofène sont des analgésiques puissants que l’on aime prendre à la suite d’une montée de fièvre, d’une migraine persistante ou encore d’un état de stress chronique. Ce qu’il faut savoir, c’est que la prise de ces analgésiques n’est pas sans risque, c’est d’ailleurs ce qu’à prouvé les études de l’équipe du Pr Gary Curhan de Brigham and Women’s hospital, à Boston, aux États-Unis. Il semblerait qu’une prise régulière et excessive de l’un de ces analgésiques entraînerait une baisse de l’audition.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont réalisé une étude sur 63 699 femmes issues de la cohorte Nurses’ Health Study.47% des femmes qui ont rempli le questionnaire de ladite étude, ont révélés souffrir de problèmes d’audition. À noter que les risques de présenter des problèmes d’audition ont été surtout notés chez les femmes consommant de l’ibuprofène ou du paracétamol depuis plus de 6 ans. La perte auditive s’est révélée progressivement dans les 10 ans qui ont suivi la première prise d’analgésiques. Les femmes qui préfèrent opter pour l’aspirine ne montrent quant à elles, aucun risque de troubles auditifs.

Un usage à risque des analgésiques

À l’issue de leurs recherches, l’équipe du Pr Gary Curhan n’a pas encore pu expliquer la cause de la perte progressive de l’audition chez les personnes consommant en excès de l’ibuprofène et du paracétamol. Ils ont cependant noté que certains composants des deux analgésiques viennent altérer les cellules auditives ou bloquer la circulation de l’oxygène dans le sang à proximité de l’appareil auditif, ce qui génère les troubles auditifs.

Pour réduire les risques d’accoutumances et les effets secondaires tels que la perte progressive de l’audition, le professeur préconise de commencer par consulter un médecin pour mieux identifier les symptômes et chercher une solution sur le long terme au lieu de faire de l’automédication et de  calmer la douleur par le biais des analgésiques.

Comment s’en détacher ?

Une prise trop routinière vient en effet bouleverser l’équilibre de l’organisme et entraîner des douleurs chroniques. De plus, comme l’ibuprofène et le paracétamol sont en accès libre, cela pousse encore plus les patients à surconsommer ces molécules de manière excessive. Certains prennent de l’ibuprofène après un effort physique pour soulager les crampes musculaires ou pour favoriser la récupération musculaire tandis que d’autres en prennent pour soulager des troubles du sommeil. Si les utilisations diffèrent les uns des autres, il faut savoir que les effets sont les mêmes : ces molécules ototoxiques viennent altérer la santé auditive et peuvent entraîner, sur le long terme, des lésions au niveau des structures de l’oreille interne et du nerf auditif.

Aussi, pour éviter l’apparition de troubles auditifs, il vaut mieux éviter de prendre en surdosage et de manière trop routinière ces deux molécules. Il y a en effet un risque de développer une dépendance et d’entraîner des effets non désirables, dont la perte progressive de l’audition, entre autres choses.

You may also like...