Les propositions de l’Unsaf pour diviser par deux le reste à charge

unsaf

Après la mise en place des nouvelles mesures visant à améliorer l’accès à la prévention et aux soins, l’Unsaf a apporté ses propres propositions dans l’objectif de coordonner les actions. Dans un communiqué de presse, elle énonce qu’une rénovation de la réglementation de l’audioprothèse est nécessaire pour compléter la mise en place de cette nouvelle loi.

Diverses recommandations avancées

Dans un communiqué de presse en date du 5 décembre, l’Unsaf a énoncé que la suppression des restes a charge après le remboursement des aides auditives par l’assurance et les complémentaires santé venaient à point. Cependant, pour que les améliorations soient plus notables, il est intéressant de l’accompagner d’une réforme de la réglementation de l’audioprothèse. Cette proposition a été faite afin de faciliter l’accès aux soins et à la prévention aux patients qui sont nombreux à souffrir de déficiences auditives, mais qui sont peu à être équipés de solutions auditives. À travers ce communiqué, l’Unsaf souhaite lancer un appel pour cesser les pratiques trompeuses et surtout, pour aider les patients à s’offrir les meilleurs équipements auditifs, mais à moindres coûts.

Parmi les solutions énoncées, l’Unsaf a avancé une offre d’accessibilité assortie d’un plafond de vente que tous les audioprothésistes doivent respecter. La limite a été définie à 250 € au prix moyen actuel et le remboursement de l’assurance maladie passerait quant à lui de 120 € à 370 € pour une durée de prise de charge de 4 ans entre deux prises en charge, soit une baisse du reste à charge de près de 250 €.

 Une revalorisation des prises en charge

Il convient de rappeler que le tarif de l’appareillage pour adulte n’a pas été révisé depuis 1986. Il est actuellement de 120€ alors que pour les pays voisins, des mesures de revalorisation de la prise en charge ont été mises en place au fil des années. En révisant ainsi les tarifs, l’Unsaf espère aider les patients à accéder plus facilement à des audioprothèses numériques de qualité avec un faible reste à charge. Les patients devraient également pouvoir accéder aux dernières innovations en matière d’appareils auditifs avec un reste à charge choisis. L’objectif étant de proposer des produits hauts de gamme à des prix inférieurs à ceux pratiqués dans les autres pays de l’Union européenne.

Les propositions de l’Unsaf rejoignent ceux de la Direction de la Sécurité sociale (DSS) sur une revalorisation des tarifs à 100 millions d’euros en année pleine. La nouvelle mesure permet quant à elle de diviser par deux le reste à charge à payer avant le remboursement de l’assurance et de la complémentaire santé. Encore une fois, l’objectif d’accessibilité est mis en avant, mais l’on retiendra toutefois que tout cela ne sera possible que si les 47millions d’euros promis par Matignon sont bien débloqués en 2017.

Enfin, les recommandations de l’Unsaf concernent également la réforme de la réglementation de l’audioprothèse qui n’a subi aucune révision depuis ces quinze dernières années. Elle a ainsi émis l’idée de  relancer les travaux de réingénierie des études d’audioprothèse par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ; de régler les publicités en termes d’appareils auditifs et surtout, de réviser le cadre de fonctionnement des plateformes de réseaux de soins.

You may also like...