Les restes à charge en audioprothèses une nouvelle fois au cœur de la polémique

La prise en charge des appareils auditifs dénoncée encore une fois

Le jeudi 20 novembre, l’Observatoire des restes à charge en santé a organisé une conférence de presse pour présenter sa 4ème étude axée sur le remboursement des dispositifs médicaux et qui pointe particulièrement le prix des aides auditives, surtout pour les plus de 20 ans.

Nombreux dysfonctionnements dans la prise en charge des aides auditives pointés du doigt

La dernière étude de l’Observatoire citoyen des restes à charge en santé a insisté particulièrement sur les prothèses auditives. Elle a été présentée par Danièle Desclerc-Dulac, présidente du « Collectif interassociatif sur la santé », Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 Millions de consommateurs et Frédérick Cosnard, directeur médical de Santéclair et ce à l’occasion d’une conférence de presse qui a eu lieu le jeudi 20 novembre.

Richard Darbéra, président de l’association Bucodes-Surdifrance (audioprothèses), Christophe Duguet, directeur des actions revendicatives de l’association AFM-Téléthon (fauteuils roulants), et Christian Saout, secrétaire général délégué du CISS (open data en santé) ont également intervenu pour présenter les résultats de l’étude.

L’Observatoire dénonce particulièrement dans cette étude les inégalités de prise en charge des dispositifs médicaux (lunettes, aides auditives, fauteuils roulants, appareils respiratoires, etc) utilisés par plus de 31 millions de Français en 2013. L’étude précise que sur 13 milliards dépensés par les Français pour l’achat des produits et prestations de santé au cours de l’année 2013 « 5,7 milliards seulement ont été remboursés par l’Assurance maladie, et 7,3 milliards sont restés à la charge des particuliers ou de leur complémentaire santé ». Autant d’inégalités qui deviennent plus inquiétantes quand il s’agit  des aides auditives, surtout pour les plus de 20 ans, pour lesquels l’Assurance Maladie ne prend en charge que 9 % des frais réels réglés pour les appareils auditifs.

Un autre point soulevé par l’étude concerne les dispositifs médicaux n’ayant pas de prix limite de vente et où un même produit peut être vendu 4 fois plus cher à certaines régions qu’ailleurs ou d’un centre à l’autre.

Face à ces pratiques, les membres de l’Observatoire appellent à une remise à plat complète des conditions de prise en charge des produits et prestations remboursables.

Les propositions des audioprothésistes pour l’accès aux appareils auditifs

Selon l’enquête Handicap Santé à laquelle le Bucodes SurdiFrance (l’Union des associations de personnes malentendantes et devenues sourdes) a contribué, 36 % seulement des personnes ayant besoin d’être équipées en prothèses auditives sont effectivement appareillées.

Suite à la publication de l’étude de l’Observatoire, le syndicat national des audioprothésistes-Unsaf et le Collège national d’Audioprothèse (CNA) ont publié un communiqué de presse en date du 20 novembre pour souligner l’importance d’une meilleure prise en charge des aides auditives étant donné que le faible remboursement des appareils auditifs pour les adultes peut entraîner un renoncement à un équipement de qualité.

Le rapport met l’accent sur les propositions faites par les professionnels de l’audition auprès de l’Assurance Maladie et du ministère de la Santé pour améliorer l’accès aux appareils auditifs, avec notamment la proposition d’une garantie de 4 ans systématique et la mise en place d’un conventionnement national et de tarifs négociés et insistent sur la nécessaire coopération avec les pouvoirs publics sur cette problématique du reste à charge.

You may also like...