Observatoire de la santé visuelle et auditive : les adolescents sont surexposés

jeunes

L’Observatoire de la santé visuelle et auditif vient de partager les conclusions de la première étude portant sur la compréhension et la prévention des risques de la surexposition des jeunes aux sons amplifiés. Ainsi, plusieurs spécialistes dans le domaine se sont réunis hier afin de partager les mesures qu’il faudrait mettre en place.

Les adolescents sont surexposés

L’étude réalisée par l’Observatoire de la santé et auditive s’est surtout focalisée sur le comportement des adolescents concernant l’écoute de musiques à volume élevé. Ainsi, de nombreux spécialistes se sont penchés sur le sujet dans une logique interdisciplinaire.

Ils ont relevé que les adolescents étaient soumis à une surexposition quotidienne aux sons amplifiés entre la chaine Hi-fi, la télévision, le Smartphone ou encor le lecteur Mp3. En effet, il semblerait que les jeunes passent plus de 4heures par jour devant les écrans et les statistiques montent à 9heures lorsqu’ils mettent leurs casques audio. Si au quotidien les temps d’écoutes avoisinent les 4heures, ils s’élèvent à 6heures.

Des conséquences désastreuses

Ces pratiques ne sont pas sans conséquence puisque 44 % des jeunes interrogés pour cette enquête ont déclaré avoir ressenti des bourdonnements aux oreilles et des douleurs à la suite d’un temps d’écoute prolongé, et ce, à un volume élevé. D’autres se plaignent de pertes de concentration et de sensation d’endormissement. Heureusement, ils sont tout aussi nombreux à se préoccuper de leur santé puisque 70 % d’entre eux disent prendre les précautions à cet effet.

Sans pour autant quitter leurs habitudes, ils sont choisis de les revoir. Entre les pauses qui permettent de reposer les yeux après un visionnage trop long, une limitation du volume d’écoute et une baisse du temps passé devant l’ordi, on peut dire que les précautions prises sont assez honorables.

Un environnement agressif

Outre les pratiques habituelles, les jeunes sont confrontés à un environnement agressif. En effet, les boîtes de nuit, les clubs et la vente de matériels high-tech n’aident pas les jeunes à se défaire de leurs mauvaises habitudes. La culture de l’émotion n’arrange pas les choses, car elle incite les jeunes à mettre le volume au maximum afin de ressentir la fameuse sensation.

À la longue, l’audition des adolescents s’en voit lésée, ce qui peut entrainer des conséquences cognitives. Si une correction auditive n’est pas apportée assez tôt alors, cela risque d’entrainer de plus graves problèmes. Les parents doivent également proposer un accompagnement de choix à leurs enfants et les inciter à consulter pour les symptômes d’exposition au bruit.

Les mesures à mettre en place

Les résultats de l’enquête faite par l’Observatoire de la santé visuelle et auditive ont été partagés hier et à cette occasion, les spécialistes ont choisi de conseiller les jeunes et leurs parents aux gestes préventifs à retenir pour réduire les risques de troubles auditifs. Ce fut aussi l’occasion de revenir sur les limites des niveaux sonores des appareils électroniques et des discothèques.

Il convient de rappeler que cela relève du problème de santé publique, ce qui fait que tout le monde est impliqué et chacun se devra de partager les conseils et les supports qui permettent de véhiculer les messages aux jeunes, tout ça pour leur rappeler qu’on ne joue pas avec sa santé.

You may also like...